Gérer son stress en pétrissant gaiement

Aujourd’hui c’est un article un peu spécial car il participe à l’évènement mensuel « A la croisée des blogs ».

Ce mois-ci, c’est Luc du blog « Mister No Stress » qui organise le festival sur le thème Comment gérer le stress de façon originale?

Les règles du jeu sont précisées ici.

 

Le stress, phénomène monétaire moderne, c’est comme un joli poisson d’Avril qui vous colle à la peau. Chacun d’entre nous à sa propre coupe ou son propre bagage (pour ne pas dire fardeau) de situations stressantes. Si vous avez déjà fait de la randonnée sur plusieurs jours, vous devez savoir que le poids du sac à dos est un point essentiel à la manière dont vous, votre dos et vos genoux allez ressentir et apprécier la balade. Sur le même thème, si votre sac à dos quotidien contient votre stress accumulé ces 10 dernières années, il y a fort à parier que vous ne soyez plus en train de marcher mais plutôt en train de ramper pour avancer sous cet impressionnant fardeau. Dans l’absolu et dans le meilleur des mondes, vous devriez pouvoir vous balader en n’ayant sur vous que vos habits et peut être un petit sac banane (ou sac à main pour les filles) comme unique bagage de stress. La meilleure façon d’en arriver à ce point, c’est de gérer son sac quotidiennement.

 

Gérer son sac-à-stress

Pour cela, il y a un nombre assez incalculable de possibilités. La seule et unique chose qui lie toutes ces manières de vider son sac-à-stress c’est le fait que cela doit vous faire sentir un profond sentiment de soulagement et de réalisation. Autant vous dire que vous n’arriverez vraisemblablement pas à ce résultat là en restant devant votre télévision. Vous voulez des exemples? Dans ma boite anti-stress il y a:

  • ranger la maison: je sais ça va vous paraître nul comme manière de gérer son stress, et peut être que pour vous effectivement ça ne fonctionne pas. En ce qui me concerne, c’est une de mes méthodes préférées. Quand je range ma maison, c’est comme si je rangeais mon cerveau. Ça libère ainsi de l’espace dans ma tête, dans ma maison et dans ma liste de tâches hebdomadaires.
  • l’appel à un ami (qui vous veut du bien, c’est évident): cette méthode ne fonctionne que si vous vous mettez à parler des choses qui vous plaisent vraiment avec cette personne ou que vous savez qu’elle a besoin de vous et que vous pouvez l’aider. En effet, parler de vos rêves tout comme venir en aide à quelqu’un sont des activités extrêmement positives. Elles vont donc prendre toute la place dans votre sac-à-stress qui se transformera petit à petit en sac-à-rêves (bien plus léger à porter).
  • 10min de méditation devant une bougie, 10min de marche, commencer le tricot, lire un livre qui vous mets de bonne humeur, prendre un bain… sont autant de manière de gérer son stress journalier pour autant qu’on ne laisse pas s’infiltrer la gangrène de nos soucis quotidiens… et puis sinon il y a le pétrissage…

 

Pratiquer la paninologie ou comment faire d’une pierre deux coups…

Alors voilà, aujourd’hui, j’ai décidé de vous livrer un secret que tout expatrié français sur terres anglophones connait: seuls les français savent faire du bon pain… Vous allez me dire que cette information n’a pas grand chose à voir avec la gestion du stress. Et pourtant, si vous saviez… S’il y a bien une activité pendant laquelle il est facile de vider son sac-à-stress complètement c’est dans la violence du pétrissage… Oui oui j’ai bien dit violence. Faire de la pâte à pain, requiert de la force, beaucoup de force, afin de faire rentrer suffisamment d’air dans votre pâte pour que celle-ci lève et produise ces délicieux trous qu’on ne trouve pas ailleurs que dans le pain de l’artisan boulanger. Autant vous dire que quand vous rentrez d’une journée stressante la seule force sur laquelle vous pouvez compter, c’est bien celle qui provient de ce stress lui-même. Pétrir une pâte à pain devient alors un parfait exutoire tout en prenant moins de place qu’un punching bowl…

D’autant qu’en plus vous aurez un pain délicieux, tout frais et une odeur de boulangerie qui va remplir votre appartement ou votre maison…

Si jamais vous êtes expatrié et que vous lisez cet article, je peux vous assurer que ça peut changer votre vie et vous donner un peu de bonheur purement made in France (et accessoirement cela peut vous servir de monnaie d’échange avec d’autres français… n’ayant pas de voiture, je rémunère mes compatriotes co-voitureurs en baguettes).

 

Gérer son stress en pétrissant gaiement: la recette

 

Les ingrédients sont donc les suivants:

  • du levain préparé d’avance ou 2 sachets de levure de boulanger ou 50gr de levure fraîche – Pour la levure fraìche et la levure sèche de boulanger, le mieux est de l’activer, c’est à dire de la mélanger à de l’eau tiède (env. 20cl) avec une partie de la farine (env.100gr) et une ou 2 pincées de sucre, pui de laisser reposer à température ambiante pendant 30min le temps qu’elle fasse des bulles. Cela étant dit j’ai déjà fait avec de la levure sèche directement dans la farine et ça fonctionne aussi.
  • 50cl d’eau tiede/chaude avec env. 15gr de sel
  • 750gr de farine (1/3 farine complète, 2/3 farine à pain T55)
  • des graines: sésame, pavot, tournesol, courge…. –  vous pouvez rajouter ce que vous voulez: des noix, des olives, des tomates séchées… Le pain et cette recette s’adaptent à toutes vos envies! ;)

 

La recette en image:

 

Comme dit dans cette (longue) vidéo de 10min, pétrir le pain a cela de magique qu’on ne peut pas penser à autre chose: tous les muscles de vos épaules, du haut du dos, de vos bras, de vos mains et de vos abdos y participent… en gros tous les endroits où votre stress se bloque sont utilisés et se dénouent au fur et à mesure du pétrissage.

Après le pétrissage, il faut attendre que la pâte lève soit à température ambiante soit près d’une source de chaleur (si la température de la pièce est inférieur à 20°) pendant environ 60 à 90minutes.

Par après, il vous suffira de repétrir quelques minutes la pâte, de faire la forme que vous voulez et de le mettre au four (préalablement chauffé à 250°) avec un petit ramequin d’eau pendant 15min puis baissez la température du four à 220° pendant 15min supplémentaires.

Après 30min, sortez votre pain du four et tapez sur la croute. Si ça sonne creux, votre pain est cuit. Laissez-le refroidir sur une grille quelques minutes. Puis faites vous plaisir: coupez une tranche de pain encore chaud, ajoutez y 3 carreaux de chocolat ou 1 noisette de beurre salé, laissez fondre et dégustez… A votre avis, à ce moment là de l’opération, combien pèse votre sac-à-stress??

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge