Pour sa fête: Hommage à mon père

Après l’hommage à ma mère il y a de cela quelques semaines, aujourd’hui il est temps de passer à l’hommage paternel et s’interroger ainsi sur l’image du père… Vous avez certainement du lire pendant votre enfance, la Gloire de mon père de Marcel Pagnol (ou vu le téléfilm à la télé ou en salle de classe). Ce livre est un hommage poignant d’un petit garçon pour son père sur un fond de garrigues et d’accent du sud…

Ma petite histoire à moi se passe sur les routes de France et les week ends… Ces week end, tous ces week ends, où ma mère partait chercher mon père à la gare le vendredi soir pour l’y ramener le dimanche soir où le lundi matin… Jusqu’au déménagement suivant, les 48h du week end étaient les seuls moment pendant lesquels nous pouvions essayer de prendre l’attention, et de porter notre attention sur cette figure importante et imposante.

 

 

Hommage à mon père

Credit photo: University of Washington Digital Collections

Si vous avez la chance d’avoir des films ou des photos de votre enfance, regardez les attentivement. Ces vidéos sont le reflet de votre vie et de votre amour pour ce cocon familial… J’ai eu énormément de chance en tombant dans cette famille, malgré l’esprit extrêmement critique qui y régnait, l’amour qui sous-tendait (et qui sous-tend toujours) toutes nos relations faisait et fait toujours équilibre pour que finalement la critique soit toujours orientée vers notre propre amélioration. Nous avons donc eu droit à un père joueur, un père qui gronde, un père qui encourage, un père présent.

C’est lui, qui:

  • gueule plus fort que tout le monde dans les gradins du match de basket pour encourager et surtout contre les fautes présumées d’arbitrage,
  • gueule encore pour encourager à pousser plus fort sur les pédales du vélo et ainsi rattrapper la personne d’avant,
  • nous challenge tous les jours et joue ainsi avec notre fierté et nos nerfs pour des fois nous apprendre l’humilité (devant une console de jeux vidéo ou sur un vélo),
  • dit ce qu’on devrait faire pour s’accomplir et qui accepte au final que l’on fasse ce que l’on souhaite,
  • gueule et nous engueule quand la peur le prend parce qu’il nous est arrivé quelque chose de terrible,
  • nous fait réciter nos tables de multiplications le soir avant de s’endormir en tournant ça sous forme de jeu,
  • dit qu’il est le plus fort afin que mes frères et moi tentions des stratagèmes pour le vaincre (généralement c’est quand même lui qui gagne),
  • s’endort le samedi et le dimanche après midi devant les documentaires animaliers,
  • va chercher le dictionnaire dès qu’on est pas d’accord sur une question d’orthographe,
  • prend du temps pour nous expliquer comment fonctionne une dérivée pour qu’au final on ne comprenne toujours pas ;),
  • nous apprend les choses fondamentales comme apprécier un repas de famille, faire du vélo, être bon élève,
  • dit  « et t’envoies ça à l’école » quand le bon sens nous fait défaut pour des choses toutes simples,
  • a souvent tort et toujours raison au final,
  • est fier de nous mais qui n’arrive pas à nous le dire autrement qu’en nous disant qu’on ne vient pas assez souvent,

 

Pour tout ça et tellement d’autres choses encore, voilà ma définition de l’image du père dans le cocon familial… et c’est à elle et à lui que j’envoie, par delà les océans qui nous séparent, tout mon coeur aujourd’hui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge