Ma légende avec le Tao: quelles sont mes qualités?

le jeu du taoJe continue mon chemin dans le livre du jeu du tao… Ayant passé toutes les étapes du monde de la terre, je passe maintenant au monde de l’eau. Le programme de ce monde là: prendre conscience de mes qualités. Et ça commence dès la première question: Quelles sont tes armes?

 

J’endosse mon kimono de Samourai et je me retrouve devant le maître armurier. Quelles sont les armes que je sais le mieux manier et qui me permettront d’atteindre le bonheur? Difficile question. Le livre nous aide en nous disant que notre humanité est notre première arme… ça en fait déjà une. Pour le reste, que faire? Le livre me demande de lister 5 qualités personnelles qui selon moi devraient t’aider à accomplir ma quête… Essayons:

 

1ère qualité: la curiosité

Attention, ici il ne s’agit pas de curiosité maladive mais d’une curiosité qui ouvre le champ des possibles, celle qui fait que l’on cherche à en connaître un peu plus sur le monde qui nous entoure, celle qui remplit ma bibliothèque, celle qui m’ouvre les yeux sur les chemins possible à emprunter. Avec la curiosité, vient également son frère jumeau: le questionnement. On ne pose pas assez de questions dans ce monde. si on en posait plus on se rendrait compte qu’il y a beaucoup de situations qui n’ont pas lieu d’être…. poser des questions n’est jamais une démonstration de stupidité, bien au contraire. Poser des questions c’est le début de l’apprentissage et du chemin.

 

2ème qualité: l’imaginaire

Quand j’étais petite, je me racontais des histoires. je rêvais éveillée et j’étais l’actrice principale de ces rêves. Développer son imaginaire c’est permettre de voir les choses sous un angle différent, de s’en émerveiller et de vivre dans une réalité plus belle et plus chatoyante. On s’émerveille sur la forme d’un nuage, d’une pierre. On se visualise en pleine forme, étincelante, brillante, souriante… ce qu’il y a de bien avec l’imaginaire c’est que le ressenti que l’on développe pendant ces rêveries se fixe sur notre visage tel un miroir… On pense qu’on est beau, heureux, on le ressent et directement un sourire vient ouvrir notre visage… la béatitude du rêveur. Avec l’imaginaire, c’est la possibilité de s’extasier sur des choses simple sans attendre l’euromillion qui se développe.

 

3ème qualité: la créativité

Une pincée d’épices suffit à transformer un plat somme toute normal en quelque chose d’exceptionnel. La créativité permet de tirer le meilleur des ingrédients qui se trouvent dans notre frigo. Elle représente une bouffée d’air frais dans un espace confiné. C’est de l’imaginaire réalisé. C’est le piment dans une vie ordinaire.

 

4ème qualité: être à l’écoute

L’homme est un animal social. Sans l’écoute totale et complète de ce qui se passe autour de nous, on se trouve aveugle au reste du monde. Être à l’écoute c’est déjà participer, c’est ouvrir son monde, son coeur à l’univers tout entier. Avec le fait d’être à l’écoute, vient la question principale: comment puis-je l’aider? On en avait déjà un peu parlé dans la chronique du livre « l’homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle. L’être humain aime aider son prochain. C’est valorisant et ça participe au bonheur. Aider les autres c’est comme s’aider soi même. On se sent mieux quand on arrive à faire sourire quelqu’un. Pour aider, c’est mieux d’avoir écouté au préalable.

 

5ème qualité: la prise de décision

Pour avancer, savoir prendre des décisions est essentiel. on a toujours des choix. On vit dans le choix et on peut s’y perdre. c’est comme un labyrinthe. Soit on tente une possibilité soit on fait du sur place et on attend. Le mieux c’est encore de tenter, et d’être un peu aventurier…

 

Voilà. J’ai mes 5 qualités… Ce qui est intéressant quand on réfléchit à nos forces dans le contexte d’un objectif précis c’est qu’on sait qu’on les a. Ce sont des forces que l’on connait, on les as déjà largement utilisées sans trop y faire attention d’ailleurs. Le fait de se poser 5minutes et de revenir dessus est assez incroyable car le sentiment que l’on a c’est que ces forces on ne les développe pas assez… au lieu de perdre du temps à s’appesantir sur nos défauts on devrait passer le plus clair de nos journées à développer nos forces. C’est peut être ça le premier pas vers le bonheur… celui dans lequel on développe ses forces 80% de sa journée… Je vais essayer et je vous dirais ce qui en découle…

Si vous souhaitez acheter ce bouquin et suivre le chemin en même temps avec toutes les infos complémentaires que propose le livre, voici un lien vers Amazon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge